Passer d’une collaboration à une coresponsabilité prêtres-laïcs dans les paroisses


Le père Savoldelli est curé dans le diocèse d’Avignon. Après avoir suivi le parcours Des Pasteurs selon mon Cœur coanimé par Talenthéo en 2015, il a eu l’intime conviction qu’il fallait à sa paroisse une vision commune pour avancer dans son projet pastoral et qu’il ne pouvait pas recevoir cette vision seul. C’est pourquoi il a choisi de s’engager dans le parcours Vision pastorale en 2020 avec une équipe rapprochée de paroissiens.

"Jusqu’à présent j’étais dans la collaboration, je proposais des choses et les paroissiens suivaient. Dans une paroisse, la coresponsabilité est indispensable, il s’agit d’une responsabilité commune où chacun dans sa grâce de baptisé et de pasteur annonce l'évangile et sert ses frères autour des 5 essentiels."

Malgré un changement de paroisse prévu pour la rentrée 2022, le père Savoldelli reste convaincu de l’importance d’avoir entrepris cette démarche dans sa paroisse actuelle qui permettra à son successeur d’avoir des points d’appuis supplémentaires avec une vision établie et des axes prioritaires définis. “Ce parcours m'a apporté une confiance en moi et en les autres, même si nous avons rencontré quelques tensions dans l'équipe qu'il a fallu gérer. J’ai moins peur des conflits, ça m'a apporté une plus grande liberté.”

Pour constituer son équipe vision, le père Savoldelli n’a pas souhaité proposer à des paroissiens déjà très engagés au niveau de la paroisse pour ne pas les épuiser. Il a choisi des profils de personnes différents pour renforcer la richesse et la complémentarité de son équipe. Lors du discernement des axes prioritaires, il s'est mis en retrait pour laisser le soin à son équipe de faire émerger les chantiers qui leur semblaient prioritaires. Le fait que son équipe ait retenu et voté deux aspects qui lui semblaient essentiels ont été pour lui une vraie confirmation de l’Esprit Saint à aller dans cette direction.


"Si l'on est dans une dynamique missionnaire, le Seigneur ne nous abandonnera pas. Plus on se met en capacité de recevoir, plus on reçoit."

Il conclut : “Si l'on est dans une dynamique missionnaire, le Seigneur ne nous abandonnera pas. Plus on se met en capacité de recevoir, plus on reçoit. Le parcours Vision pastorale nous met dans une attitude de réceptivité. C'est toute la différence entre la décision d'un projet pastoral et la réception d'une vision pastorale. Ça demande une conversion personnelle, c'est comme dans la grâce du sacrement de mariage, je te reçois et je me donne. En recevant, nous donnons plus ! C'est ce que j'ai expérimenté à titre personnel et collectivement avec mon équipe vision.