Rapport de la CIASE, quels enjeux pour Talenthéo ?



Accompagner et former les responsables ecclésiaux aux compétences relationnelles et processus de gouvernance.


A la suite du Rapport de la CIASE et des résolutions votées par les évêques le 8 novembre, nous restons plus que jamais unis par la pensée et par la compassion aux victimes qui souffrent des violences commises par ceux-là mêmes qui avaient la mission de les guider et de les faire grandir. Notre interrogation porte sur les contextes ecclésiaux qui ont permis la mise en place d’une culture de silence et de secret facilitant la perpétuation des abus et des crimes.


« Nous sommes convaincus, qu’au-delà des conditions juridiques, il est nécessaire d’installer de nouvelles relations et de construire des gouvernances qui responsabilisent chacun dans la croissance de la vie de l’Eglise. »

En tant que coachs professionnels chrétiens qui accompagnons des diocèses et des communautés en souffrance, nous mesurons le courage et la force de résilience que les victimes ont dû déployer pour oser témoigner. L’ensemble des évêques, des prêtres, des religieux et des laïcs vivent un moment historique de l'Église : prise de conscience, remise en question, besoin de reconstruire des relations et une gouvernance pour que plus jamais, de tels abus ne puissent se reproduire... Nous sommes convaincus, qu’au-delà des conditions juridiques, il est nécessaire d’installer de nouvelles relations et de construire des gouvernances qui responsabilisent chacun dans la croissance de la vie de l’Eglise.


Les recommandations du Rapport de la CIASE et les résolutions des évêques confirment la mission de Talenthéo au service des enjeux de l’Eglise :


- Travailler sur la relation (recommandation n°44), face à la tentation de position « en surplomb » des prêtres et des évêques, que nous appellerions la « position haute », avec le risque d’une position de prise de pouvoir ou de domination (recommandation n°4) ;

- Creuser et travailler la question de l’autorité et de la gouvernance : clarifier les responsabilités de gouvernement (recommandation n°3), travailler sur les tensions entre communion et hiérarchie, entre succession apostolique et synodalité et entre l’affirmation de l’autorité des pasteurs et la réalité des pratiques de terrain (recommandation n°34) ;

- Approfondir la collaboration prêtres - laïcs, l’articulation entre sacerdoce ministériel et sacerdoce commun, le rôle des laïcs en général et des femmes en particulier dans les prises de décision (recommandation n° 36).

Ces enjeux, nous les avons identifiés et insérés dans le nouveau Parcours Talenthéo, à la suite du parcours “Des Pasteurs selon mon Cœur”, suivi depuis l’origine par près de 1000 prêtres et 32 évêques avec leurs équipes pastorales et épiscopales réunies dans des weekends pastoraux. Dès 2018, nous avons fondé l’Institut Talenthéo, une formation à la relation et au gouvernement déjà vécue par 85 responsables de communautés contemplatives et apostoliques.

Ce rapport et sa réception par l’Eglise constituent une exigence pour Talenthéo de continuer à approfondir notre mission et nos interventions. Face à cet enjeu, nous devons exercer notre responsabilité de coachs professionnels chrétiens, prendre en compte le contexte de gouvernance, approfondir l’ecclésiologie (autorité et communion) dans l’esprit de Vatican II et notre propre conversion personnelle, en nous remettant sans cesse à la miséricorde du Seigneur.

« Nous désirons plus que jamais nous engager dans la formation et l’accompagnement aux compétences relationnelles et dans la rénovation des processus de gouvernance »

C’est ainsi que nous désirons plus que jamais nous engager dans la formation et l’accompagnement aux compétences relationnelles et dans la rénovation des processus de gouvernance, pour que l’Eglise de Jésus soit une maison sûre et accueillante et porte l’Evangile au monde.